Louis Schwizgebel-Wang / MENDELSSOHN - Concerto en mi mineur, op.40 Agrandir l'image

Louis Schwizgebel (piano)

Mendelssohn / Concerto n°2

LDV213

Nouveauté

Le très jeune Louis Schwizgebel a choisi pour son premier disque des œuvres qui collent parfaitement à son caractère.

Plus de détails

15,00 €

+ En savoir plus

Concerto de Mendelssohn, pièces virtuoses de Moszkowski, Etudes de Schulhoff, autant d’œuvres certes jouées mais rarement données en concert, à la fois légères, ébouriffantes mais recelant de grandes richesses. 
Ces œuvres ont pour point commun de faire appel à une virtuosité fine et délicate, qui n’exclut certes pas l’expressivité: des qualités qui sont justement celles de ce jeune pianiste étonnant, enfant prodige, maître de l’origami et d’une désarmante simplicité. Il maîtrise le programme de bout en bout, réjouissant les auditeurs par l’élégance et la précision de son jeu.
Une parfaite réussite, augurant d’une formidable carrière.

+ Playlist

+ Détails CD

Felix Mendelssohn Bartholdy

Concerto pour piano no 2 en ré mineur op. 40

 

Moritz Moszkowski

Melodie op.18

Extrait de “15 études de virtuosité” op.72 n°11 en La bémol Majeur

Etincelles (Sparks) Morceau caractéristique op.36, no 6

En Automne op.36, no 4

Caprice espagnol. op.37

 

Wolfgang Amadeus Mozart

Sonate KV 311

 

Erwin Schulhoff

5 Etudes de Jazz



Durée : 65'08

+ Louis Schwizgebel-Wang

Né en 1987 d’une mère chinoise et d’un père suisse travaillant dans les arts visuels, petit-fils d’un peintre chinois renommé, Louis Schwizgebel-Wang commence l’étude du piano à six ans avec Franz Josefovski. Trois ans plus tard, il accède au niveau supérieur du Conservatoire de Lausanne dans la classe de Brigitte Meyer. À quinze ans, il obtient le diplôme de soliste avec les félicitations du jury. Il poursuit ses études au Conservatoire de Genève dans la classe de perfectionnement de Pascal Devoyon et bénéficie également des cours de Jean Jacques Balet. Le nombre d’heures qu’il consacre à l’étude de son instrument ne l’empêche pas de poursuivre une scolarité normale, au collège Auguste Piccard (Lausanne, Suisse), où il prépare une maturité scientifique. Louis Schwizgebel-Wang donne ses premiers concerts à neuf ans. Il se produit en Suisse, en France, au Kirghizstan, au Canada et en Pologne, jouant aussi pour la radio et la télévision.
En 1999, il devient lauréat de la Fondation Leenards. Il représente la Suisse au 9
e Festival Steinway à Hambourg en juillet 2000 et donne un concert à la Fondation Pierre Gianadda à Martigny. En 2003, il obtient un 1er Prix avec mention et le Prix pour la meilleure interprétation d’une oeuvre suisse à la finale du Concours Suisse de Musique pour la Jeunesse, ainsi que le Prix Paderewski. En 2004, il se produit avec l’Orchestre Symphonique de Bâle à l’occasion d’une tournée en Chine et plus récemment avec l’Orchestre de la Suisse Romande lors d’un concert-prélude au Victoria Hall de Genève et avec le quatuor Sine Nomine pour le festival du même nom à Lausanne. En 2005, il remporte le 2e Prix du Concours de Genève (1er Prix non attribué), ainsi que le Prix “Coup de cœur Breguet” (qui consiste en l’enregistrement de ce premier disque) et le Prix du public. 

+ L’Orchestre de Chambre de Genève

L’ascension a été fulgurante: en moins de quinze ans, L’Orchestre de Chambre de Genève (L’OCG) est passé du rang de formation semi-professionnelle à celui d’un orchestre de premier ordre, unique en son genre dans le paysage musical lémanique. Sous l’impulsion du chef allemand Michael Hofstetter, à la tête de l’ensemble depuis 2001, L’OCG a développé une identité sonore très personnelle s’inscrivant dans une approche d’interprétation historique. Privilégiant un répertoire qui s’étend du baroque tardif à l’époque romantique, Michael Hofstetter cherche à retrouver la coloration originale des œuvres abordées en faisant jouer celles-ci sur instruments historiques. Cordes en boyau, archets classiques, de même que flûtes en bois et cuivres naturels ont ainsi trouvé leur place au sein de l’orchestre, aux côtés des instruments modernes.

Loin de se limiter au seul répertoire du passé, L’OCG aborde également des œuvres contemporaines, qu’il met en perspective avec des compositions plus anciennes. L’OCG se fait aussi un point d’honneur de valoriser des compositeurs méconnus ou oubliés. Joseph Martin Kraus, Joseph Leopold Eybler ou Jean-Ferry Rebel font ainsi partie des compositeurs remis en valeur au cours des derniers concerts.

Établi à Genève, L’OCG y présente chaque année au Bâtiment des Forces Motrices une saison forte de six à sept concerts d’abonnements. Ses autres activités, qui totalisent une cinquantaine de prestations annuelles, comprennent des collaborations avec la Ville de Genève (Concerts du dimanche, Sérénades d’été) et différents chœurs genevois ou romands, des coproductions avec d’autres phalanges (notamment l’Orchestre des Pays de Savoie), une production annuelle avec l’Opéra de Fribourg, un partenariat avec le Concours de Genève, des concerts pour les jeunes, des enregistrements radiophoniques et discographiques, des tournées en Suisse et à l’étranger, ainsi que des concerts à caractère privé.

En prenant la succession de Thierry Fischer et de Lev Markiz, Michael Hofstetter a consolidé leur démarche et relevé encore la qualité de l’orchestre, lui permettant de collaborer avec des chefs et des solistes de premier ordre, comme Armin Jordan, Paul Goodwin, Arnold Östman, Alessandro de Marchi, Nathalie Stutzmann, Aldo Ciccolini ou Matthias Goerne. Cet élan, reconnu déjà dans le milieu artistique, vient d’être salué également dans celui des entreprises: L’OCG a reçu en mai 2005 le Prix Michel Baettig qui récompense une réussite exceptionnelle et le succès d’une équipe dynamique.

+ Paul Goodwin

Chef d’orchestre éclectique, Paul Goodwin dirige aussi bien à l’opéra qu’en concert dans un répertoire allant de Monteverdi à Maxwell Davies sur instruments anciens ou modernes. Il est Chef Associé de l’Academy of Ancient Music de Londres.
Il a dirigé de nombreux opéras de Mozart, Haendel, Haydn, Gluck ou Monteverdi à travers toute l’Europe (Opera North, Opéra Comique, Halle, Mannheim, ou au Liceu) et cette saison sont prévus entre autres: Indomeneo à Graz et Orfeo à Madrid. Nommé à la tête de l’AAM (Academy of Ancient Music, Londres) en 1996 par Christopher Hogwood, Paul Goodwin a réorienté la politique de l’orchestre qui passe désormais nombre de commandes d’œuvres. Il a ainsi dirigé les créations de deux ouvrages de John Taverner, Eternity’s Sunrise (1998) et Total Eclipse (2000).

En tant que directeur de l’English Chamber Orchestra, Paul Goodwin a accompagné nombre de solistes renommés, comme Kiri Te Kanawa, Joshua Bell ou Mstislav Rostropovitch.
Régulièrement invité dans le monde entier, Paul Goodwin a dirigé des formations aussi réputées que le la Camerata Academica Salzburg, le City of Birmingham Symphony Orchestra, l’Orchestre National de Lille, le Seoul Philarmonic, l’Orchestre de Washington, l’Orchestre de la SWR, et de nombreux orchestres de chambre, dont ceux de Zürich, Genève, Prague, ou d’Ecosse. De nombreux enregistrements émanent de ces collaborations avec notamment un disque dédié à Strauss et un autre à Stravinsky prévus cette année.

Très engagé dans le domaine éducatif, Paul Goodwin participe activement aux cours d’été de Dartington et a travaillé avec nombre d’orchestres de jeunes européens dans les répertoires baroque et classique. Il est régulièrement invité pour diriger les finales de concours internationaux prestigieux comme le Concours Reine Elisabeth de Bruxelles ou le Concours de Genève.
Longtemps considéré comme l’un des meilleurs hautboïstes dans le registre baroque avant de dédier son travail à la direction, il a enregistré plus d’une vingtaine de CD en tant que soliste dans les domaines baroques et classique. 

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...