Shirley Brill / WEBER - Concerto pour clarinette op.73 n°1 Agrandir l'image

Shirley Brill (clarinette)

Weber / Concerto op. 73 n°1

LDV215

Nouveauté

La jeune clarinettiste israélienne Shirley Brill propose un programme d’une grande cohérence.

Plus de détails

15,00 €

+ En savoir plus

Ce programme  en exergue l’un des compositeurs majeurs de son instrument : Carl Maria von Weber, dont on connaît les concertos, mais beaucoup moins le magnifique quintette.

Des œuvres écrites pour son ami Heinrich Baermann, grand virtuose de son temps, qui lui aussi propose un très beau quintette, presque oublié des mélomanes. Un tel programme nous plonge avec ravissement dans une époque d’expérimentations et d’innovations pour un instrument que Mozart adorait et que le couple Weber – Baermann a porté à son plus haut niveau. Shirley Brill y déploie une sonorité douce et fine, toute en nuances et pleine d’énergie; sa maîtrise technique et artistique lui permettent de sublimer ces œuvres, qui semblent du coup plus profondes et plus intenses, bien aidée il est vrai par l’Orchestre de Chambre de Genève et le Quatuor Terpsycordes.

+ Playlist

+ Détails CD

Carl Maria von Weber

Concerto pour clarinette et orchestre, op. 73 n°1
Quintette for clarinette et cordes, op. 34

 

Heinrich Baermann

Quintette for clarinette et cordes, op. 23 



Durée : 61'49 

+ Shirley Brill

Shirley Brill commence sa carrière soliste avec l’Orchestre Philarmonique d’Israël sous la direction de Zubin Mehta. Depuis, elle se produit avec l’Orchestre de Chambre de Genève, l’Orchestre Symphonique de Jérusalem, l’Orchestre de Chambre de Mannheim ainsi qu’avec d’autres orchestres internationaux. Sur ses débuts dans la grande salle de la Philarmonie de Berlin avec l’Orchestre Symphonique Allemand, on peut lire dans le journal Tagesspiegel: “Shirley Brill fait exploser [...] tout simplement son besoin de communiquer. Spectaculaire la façon dont l’israëlienne de 26 ans réussit à modeler les lignes mélodiques du 1er concerto pour clarinette de Weber au moyen de son extrême détermination et des longues respirations”.

Shirley Brill est lauréate du concours international de clarinette de Markneukirchen en 2006 ainsi que du Concours de Genève en 2007. De plus, elle a été récompensée plusieurs fois avec de nombreux prix, entre autre le Prix Spécial du concours de musique international ARD.
Elle se produit lors de festivals de musique à Schleswig-Holstein (Allemagne), Davos (Suisse), Ljubljana (Slovénie), Bangalow (Australie) et joue avec Sabine Meyer, les Quatuors Borromeo et Jerusalem, le Trio di Clarone ainsi qu’avec la soprano Chen Reiss. Depuis 1999, elle est membre du Duo Brillaner avec le pianiste Jonathan Aner. Tous les deux sont lauréats du concours de Possehl et boursiers de l’America Israel Cultural Foundation. Ensemble, ils jouent lors de concerts en Europe (par exemple à la Beethoven-Haus de Bonn), en Amérique du Nord (Carnegie Hall), en Asie et en Australie.

Shirley Brill se consacre aussi à l’enseignement: elle donne des cours au sein du Festival Yellow Barn (USA) et a donné des master-class dans les conservatoires et universités en Australie (entre autre à l’Australian National Academy of Music), en Italie (Mahler Academy, Ferrara), en Israël (Jerusalem Music Centre) et au Canada (Université de Manitoba). L’interprétation d’œuvres de musique contemporaine est un domaine qui lui est familier et elle a travaillé avec des musiciens contemporains de premier plan tels Zsolt Nagy et Diethelm Jonas. De nombreuses pièces de jeunes compositeurs ont été interprétés par Shirley Brill. Grâce à ses transcriptions, elle a élargit le répertoire pour les clarinettistes.

Shirley Brill reçoit sa première formation auprès d’Yitzhak Katzap en Israël. Plus tard, elle étudie chez Sabine Meyer à la Haute Ecole de Musique de Lubeck puis chez Richard Stoltzman au New England Conservatory de Boston (USA). Avec ces éminents professeurs, “Shirley Brill [...] est sur la meilleure voie pour se faire une renommée internationale” (Prenzlauer Zeitung, Allemagne). 

+ L’Orchestre de Chambre de Genève

Grâce au travail réalisé par les musiciens sous la direction du chef allemand Michael Hofstetter (2001-2007), L’Orchestre de Chambre de Genève (L’OCG) s’est hissé au rang des orchestres de tout premier ordre, unique en son genre dans le paysage musical lémanique.
Sous l’impulsion de Michael Hofstetter, à la suite de Lev Markiz et Thierry Fischer, L’OCG a développé une approche d’interprétation historique privilégiant un répertoire qui s’étend du baroque tardif à l’époque romantique, avec l’utilisation, entre autres, d’instruments d’époque aux côtés des instruments modernes. Ceci lui permet de faire découvrir des compositeurs méconnus ou oubliés en les confrontant même avec des œuvres contemporaines.

Le nouveau rayonnement de l’orchestre a attiré de plus en plus de grands chefs et solistes: Armin Jordan, Paul Goodwin, Arnold Östman, Alessandro de Marchi, Christopher Hogwood, Arie van Beek, Aldo Ciccolini, Katia et Marielle Labèque, Fazil Say, Nicholas Angelich, Jean-Guihen Queyras, le Trio Wanderer ou encore Matthias Goerne, Bo Skovhus, Max Emanuel Cencic, Nathalie Stutzmann, María Bayo et Nathalie Manfrino sans parler des très grands chefs de demain Juraj Valˇcuha et Patrick Lange. Etabli à Genève, L’OCG y présente chaque année une saison forte de six à sept concerts d’abonnements (souvent enregistrés par la Radio Suisse Romande). Ses autres activités, qui comprennent des collaborations avec la Ville de Genève (Concerts du dimanche, Sérénades d’été) et différents chœurs genevois ou romands, des coproductions avec d’autres phalanges (notamment l’Orchestre des Pays de Savoie), des engagements par le Grand Théâtre de Genève (ballet et opéras), un partenariat avec le Concours de Genève, des tournées en Suisse et à l’étranger.

À l’étranger, L’OCG est allé de succès en succès. Une tournée exceptionnelle en Allemagne en mars 2006 remporte partout un véritable triomphe salué par tous les critiques, ce qui lui vaut son retour en Allemagne pour 2008 pour le Festival de Rheingau. Suite au concert officiel de l’America’s Cup à Valence en juin 2007, une tournée a suivi en Espagne en août 2007 avec María Bayo, notamment à San Sebastián où le concert a été retransmis en direct par la Radio Nacional de España, France-Musique et la RSR-Espace 2.

La production discographique de L’OCG est devenue conséquente et son dernier CD consacré à des airs de Rossini, dirigés par Michael Hofstetter et chantés par le contre-ténor Max Emanuel Cencic, est paru chez EMI Virgin Classics et a remporté en avril 2008 le Prix de l’Académie du Disque Lyrique 2008.
La saison 2008-2009 marque l’arrivée du nouveau Directeur musical de L’OCG, le jeune chef allemand Patrick Lange, 27 ans, qui prend la succession de Michael Hofstetter. 

+ Patrick Lange

Nommé directeur musical de l’Orchestre de Chambre de Genève (OCG) ainsi que Kapellmeister au Komische Oper de Berlin à compter de la saison 2008-2009, Patrick Lange est considéré comme l’un des chefs les plus doués de sa génération.

Né en 1981 en Bavière, Patrick Lange se passionne très tôt pour la musique et fait partie, dès l’âge de 8 ans, de la chorale des petits chanteurs des Regensburger Domspatze. A 12 ans, il prend ses premiers cours de direction d’orchestre et dirige à 16 ans déjà sa première production au Stadttheater de Regensburg. Après le baccalauréat, il se perfectionne dans les Ecoles Supérieures de Musique de Wurzburg et de Zurich et est actuellement membre du “Dirigentenforum des Deutschen Musikrates”. Au printemps 2007, il a reçu le Prix Européen de la Culture dans la catégorie “Jeune Chef d’Orchestre de l’Année”.

Claudio Abbado l’a nommé chef-assistant du Gustav Mahler Jugendorchester (GMJO) en 2005. Depuis, Patrick Lange a eu l’occasion d’assister ce grand chef auprès des Berliner Philharmoniker, du Orchestra Mozart Bologna et du Lucerne Festival Orchestra.
Il est, par ailleurs, chef invité d’orchestres tels que les Hamburger et les Bochumer Symphoniker, le Beethoven Orchestra Bonn, le MDR-Sinfonieorchester (Mitteldeutscher Rundfunk), le Mahler Chamber Orchestra et le Simon Bolivar Youth Orchestra. En 2007, il dirige le Bundesjugendorchester d’Allemagne à Hambourg, Berlin, Francfort et Pékin. A l’Opéra, il a entre autres dirigé
Le Nozze di Figaro et Cendrillon de Massenet à Wurzburg, L’Enfant et les Sortilèges à Zurich, La Cenerentola au Festival de Weikersheim ainsi que Falstaff à Lucerne. 

+ Quatuor Terpsycordes

Girolamo Bottiglieri (Italie), violon I
Raya Raytcheva (Bulgarie), violon II
Caroline Haas (Suisse), alto
François Grin (Suisse), violoncelle 

Vainqueur du 56e Concours de Genève en 2001, le Quatuor Terpsycordes s’est imposé depuis comme l’un des ensembles incontournables de sa génération et se produit sur la plupart des scènes musicales internationales. Les deux CDs à son actif (Schumann, op. 41 et Haydn, op. 33 / Claves Records) témoignent d’une interprétation alliant finesse, intimité et subtilité, aidée par une étude approfondie des textes, des styles et des techniques d’époques. 

Les Terpsycordes se sont formés auprès de Gábor Takács-Nagy au Conservatoire Supérieur de Genève, où ils ont obtenu en 2001 un Premier Prix de virtuosité. Ensuite, ils ont complété leur formation lors de stages auprès de membres des quatuors Amadeus, Budapest, Hagen, Italiano, Lasalle, Mosaïques, Smetana et Via Nova. Parallèlement ils ont perfectionné leur interprétation du répertoire classique au Centre de Musique Ancienne de Genève. Jouant trois jeux d’instruments (baroque, classique et moderne) qui leur permettent d’embrasser quelque deux siècles et demi de répertoire, les Terpsycordes, toujours à l’écoute de leur temps, contribuent régulièrement à la création d’œuvres contemporaines, tant en concert que par le biais d’enregistrements radiophoniques et discographiques.