Polina Pasztircsák / récital pour soprano Agrandir l'image

Polina Pasztircsák (soprano)

Strauss / Les 4 derniers Lieder

LDV217

Nouveauté

C’est un récital de haut vol auquel nous invite la soprano, Polina Pasztircsák, révélation du 66e Concours de Genève.

Plus de détails

15,00 €

+ En savoir plus

En ouverture les Quatre derniers lieder de Strauss dans lesquels transparaît une homogénéité de timbre, servie par une opalescence de l’aigu et une souplesse du phrasé remarquables. 
Suivent un choix en résonnance avec les origines russo-hongroises de la jeune soprano qui s’émancipe brillamment dans les sept romances de Chostakovitch qu’elle défend à la fois avec finesse et véhémence aux côtés de ses partenaires pour l’occasion, solistes de l’Orchestre de Chambre de Genève. Cette liberté s’exprime enfin sans entraves dans les cycles hongrois de Bartók et Kodály que Polina Pasztircsák interprète avec un naturel magistral.

+ Playlist

+ Détails CD

Richard Strauss
Four Last Songs

Dmitri Shostakovich
Seven Romances on Poems of Aleksandr Blok op.127

Béla Bartók
Eight Hungarian Folksongs Sz. 64 for soprano and piano

Zoltán Kodály  
Two Hungarian Folksongs for soprano and piano 


Durée : 65’24

+ Polina Pasztircsák

Née à Budapest en 1982 de mère russe et de père hongrois, Polina Pasztircsák commence très tôt à chanter et à jouer de la flûte. À 19 ans, elle étudie le chant auprès de Júlia Bikfalvy tout en suivant des études supérieures à l’Université de l’Ouest hongrois, dont elle est diplômée en management culturel. Elle suit les cours de Mirella Freni à Vignola (Italie) et au Conservatoire Frescobaldi de Ferrare. Elle se perfectionne auprès d’Adrienne Csengery, Bernadett Wiedemann, Carol Richardson-Smith et Evgeni Nesterenko.

En 2004, elle remporte le Concours de chant József Simándy à Szeged (Hongrie). En 2009, Polina Pasztircsák est la révélation du Concours de Genève dont elle gagne le Premier Prix, le Prix spécial du “Cercle du Grand Théâtre” (premier ou second rôle dans une production genevoise), le Prix spécial “Coup de cœur Breguet” (enregistrement d’un premier disque) et le Prix du public. Elle fait ses débuts au Théâtre de Modène en 2007 en créant le nouvel opéra de Lorenzo Ferrero Piccole Storie et incarne Micaëla (Carmen) en 2009 sous la direction de Juraj Valčuha. Polina Pasztircsák se produira également dans le cadre du Festival Haendel de Karlsruhe dans le rôle-titre de l’opéra Partenope. En outre, parmi les nombreux concerts et récitals qu’elle donnera, elle chantera à Genève dans le cadre du Prix spécial du Cercle du Grand Théâtre. 

+ Aleksandra Sasha Kozlov

Saluée comme une pianiste d’une virtuosité irréprochable, avec une grande maturité artistique et une grande présence, Aleksandra Sasha Kozlov poursuit une double vie musicale comme soliste (concerts au Weill Recital Hall de New York, Salle Cortot à Paris et au Sava Center de Belgrade notamment) et comme accompagnatrice et répétitrice, notamment aux côtés de la légendaire Mirella Freni, qui la met en relation avec Polina Pasztircsák, donnant ainsi naissance à un duo qui se produira dans toute l’Europe. Aleksandra Sasha Kozlov s’est produite également en concerto avec les Sebastian Concert Players sous la direction de Daniel S. Lee. Elle a participé à plusieurs émissions radiophoniques et télévisuelles (dont ABC, Radio France, RSR Espace 2).

Après avoir obtenu un diplôme de piano du Peabody Institute de l’Université Johns-Hopkins de Baltimore dans la classe de Marian Hahn, elle se perfectionne auprès de Paola Molinari, Carrie-Ann Matheson, Roger Vignoles, Robert Van Sice, Leon Fleisher, Marc Durand, sans oublier sa mère, la pianiste Elena Leonova. Native de New York, elle a poursuivi des études en Europe avec le soutien des fondations Nicolai Ghiaurov et Zaleski. 

+ Philippe Villafranca

Après ses études au Conservatoire de Région de Grenoble, Philippe Villafranca entre au CNSMD de Lyon dans la classe de Roland Daugareil puis se perfectionne auprès d’Annick Roussin et de Boris Garlitzky. Lauréat de plusieurs concours internationaux en France et à l’étranger, Philippe Villafranca s’est produit en soliste avec de nombreuses formations dont l’Orchestre national de Lyon. Lors de masterclasses il reçoit les conseils d’Igor Ozim, Tibor Varga, Lewis Kaplan, Olivier Charlier, Patrice Fontanarosa et Jean-Jacques Kantorow et obtient en 2001 le premier prix de la Fondation Internationale Nadia et Lili Boulanger. Il intègre ensuite la Guildhall School of Music and Drama de Londres puis devient le premier violon solo de l’Orchestre national de Lorraine et est actuellement premier violon solo de l’Orchestre de chambre de Genève. 

+ Danila Ivanov

Danila Ivanov débute ses études à l’École de musique du Conservatoire de Moscou dans la classe de Burchakova et se produit très tôt en soliste à travers la Russie. Lauréat du Concours Premio Mozart (télévision italienne), il reçoit en 1998 le titre de “Meilleur violoncelliste junior” de Russie. Soutenu par l’Académie musicale de Villecroze, il poursuit ses études au Conservatoire de Genève (classe de Daniel Grogurin) puis intègre l’Orchestre de Chambre de Genève. Il participe aux masterclasses d’Arto Noras, Frans Helmerson, David Geringas et Mstislav Rostropovitch.
Il se produit au festival Menuhin et aux Sommets Musicaux de Gstaad et joue en soliste avec l’Orchestre de la Suisse Romande et l’Orchestre de Chambre de Lausanne. 

+ Musikcollegium Winterthur

Fondé en 1629, le Musikcollegium Winterthur est une des plus anciennes institutions musicales européennes. L’orchestre donne environ soixante-dix concerts par an, dont une quarantaine à Winterthur. Il est de plus en plus souvent l’invité de grandes saisons musicales dans d’autres villes suisses et à l’étranger. Douglas Boyd a pris les fonctions de chef principal en 2009.
L’orchestre s’enorgueillit de collaborations régulières avec de grands solistes et chefs de renom dont Emanuel Ax, Daniel Hope, Janine Jansen, Fazil Say, Jean-Yves Thibaudet, Bernard Labadie, Theodor Guschlbauer, Heinz Holliger et Mikhail Pletnev.

Au fil des dernières années, le Musikcollegium Winterthur s’est fait remarquer par ses actions pionnières en direction du jeune public. Une programmation variée, de nombreux projets de livres, CD et DVD, ainsi qu’un documentaire filmé témoignent de son engagement artistique. 

+ Alexander Rahbari

Né à Téhéran, Alexander Rahbari fait ses études à Vienne auprès de Gottfried von Einem, Hans Swarowsky et Karl Österreicher. Lauréat de nombreux prix internationaux parmi lesquels ceux de Besançon et de Genève, il est invité par Herbert von Karajan pour diriger la Philharmonie de Berlin puis pour l’assister au Festival de Pâques de Salzbourg en 1980. Alexander Rahbari a ensuite dirigé de grands orchestres (Orchestre de la Suisse Romande, Orchestre national de France, Philharmonie Tchèque, Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, Sächsische Staatskapelle de Dresde, orchestres du NHK de Tokyo et de la Tonhalle de Zurich, orchestres philharmoniques de Rotterdam et de Stockholm, orchestres symphoniques de Berlin, de Prague, de la ville de Barcelone, Orchestra Sinfonica Siciliana, New Zealand Symphony Orchestra) ainsi que l’English National Opera avant d’être nommé chef invité permanent de la Philharmonie Tchèque en 1985, puis directeur musical de l’Orchestre de la RTBF et de l’Orchestre Philharmonique de Malaga. En 2005, il retourne en Iran, invité comme chef permanent de l’Orchestre Symphonique de Téhéran.

La discographie d’Alexander Rahbari compte pas moins de 150 disques dont une quarantaine d’opéras.